1. Définir ses besoins
Faire un résumé d'un texte (version pdf ici)
InfoSphère : Accueil


Le résumé est une description condensée des thèmes et des idées directrices d’un texte. Il est utilisé pour assimiler efficacement le contenu d’un texte, en retenir l’idée centrale (la thèse) ainsi que les idées principales et secondaires.

Image décorative
 
Caractéristiques

  • Il ne comporte aucune réflexion personnelle, aucun commentaire ou critique.
  • Il est informatif et fidèle au contenu du texte.
  • Il reproduit la structure du texte, sa cohérence, sa rigueur.
  • Il représente 20 % ou moins de la longueur du texte.
  • On l’écrit dans ses propres mots.


 

Marche à suivre

 

 

 



1. Survoler le texte:

  • identifier l'auteur: quel est son titre, son statut ? À quelle institution est-il affilié ?
  • repérer le titre et les sous-titres;
  • survoler l'introduction et la conclusion;
  • répondre aux questions suivantes: Quel est le sujet de ce texte ? Que veut démontrer l'auteur ? Quelle est l'idée principale de ce texte ?


2. Faire une lecture active du texte:

  • identifier l'idée centrale (la thèse);
  • identifier l'idée principale de chacune des parties du texte et, au besoin, les idées secondaires;
  • surligner et inscrire ces idées dans la marge (attention: tout surligner ne sert à rien);
  • chercher le sens des mots inconnus à l'aide d'un dictionnaire;
  • répondre aux questions suivantes: Ai-je bien saisi l'idée centrale ? Ai-je bien saisi l'idée principale de chacune des parties ? Ai-je bien saisi les idées secondaires ? Est-ce que je comprends l'enchaînement des idées ?


3. Prendre des notes:

  • Transcrire, en respectant la structure du texte, l'idée centrale du texte, l'idée principale et les idées secondaires de chacune des parties du texte.


4. Faire le plan du résumé:

  • Présenter schématiquement, à l'aide de sous-titres, les différentes parties du résumé.
  • Pour chaque partie, présenter l'idée principale et les idées secondaires retenues.
  • Présenter les éléments à mettre dans l'introduction et la conclusion.


5. Rédiger un texte suivi en respectant la structure du texte d'origine et en prenant soin de bien relier les idées entre elles. Ne pas oublier d'inscrire la référence bibliographique complète, selon les normes.

6. Relire le résumé, couper les mots inutiles, les répétitions.



Exemple

 

Locke , John. Deuxième traité du gouvernement civil.2e édition corrigée, Paris: Garnier-Flammarion,1992. Traduction française de David Mazel en 1795; dans Jean-Marie Tremblay. Classiques des sciences sociales.


TEXTE INTÉGRAL (à résumer)
La raison pour laquelle les hommes entrent en société, c'est qu'ils veulent sauvegarder leur propriété; la fin qu'ils se proposent lorsqu'ils choisissent et habilitent un pouvoir législatif, c'est de faire adopter des lois et établir des règles, qui servent de protection et de clôture à la propriété dans la société entière, de façon que chaque élément, ou chaque membre de celle-ci, détienne seulement un pouvoir limité et une autorité tempérée. En aucun cas, on ne saurait imaginer que la société veuille habiliter le pouvoir législatif à détruire l'objet même que chacun se proposait de sauvegarder quand il s'est joint à elle et que le peuple avait en vue quand il s'est donné des législateurs de son choix; chaque fois que les législateurs tentent de saisir et de détruire les biens du peuple, ou de le réduire à l'esclavage d'un pouvoir arbitraire, ils entrent en guerre contre lui; dès lors, il est dispensé d'obéir et il n'a plus qu'à se fier au remède que Dieu a donné à tous les hommes contre la force et la violence. Aussi, dès que le pouvoir législatif transgresse cette règle fondamentale de la société, dès que l'ambition, la peur, la folie, ou la corruption l'incitent à essayer, soit de saisir lui-même une puissance qui le rende absolument maître de la vie des sujets, de leurs libertés et de leurs patrimoines, soit de placer une telle puissance entre les mains d'un tiers, cet abus de confiance le fait déchoir des fonctions d'autorité dont le peuple l'avait chargé à des fins absolument opposées; le pouvoir fait retour au peuple, qui a le droit de reprendre sa liberté originelle et d'établir telle législature nouvelle que bon lui semble pour assurer sa sûreté et sa sécurité, qui sont la fin qu'il poursuit dans l'état social. Ce que je viens de dire du pouvoir législatif (...) s'applique aussi à l'exécuteur suprême (...) . Le peuple supportera, sans mutinerie, ni murmure, certaines erreurs graves de ses gouvernants, de nombreuses lois injustes (...) et tous les écarts de la faiblesse humaine. Par contre, si une longue suite d'abus, de prévarications et de fraudes révèle une unité de dessein qui ne saurait échapper au peuple, celui-ci prend conscience du poids qui l'opprime et il voit ce qui l'attend; on ne doit pas s'étonner, alors, qu'il se soulève et qu'il s'efforce de porter au pouvoir des hommes qui soient capables de garantir les avantages qui constituent la fin même du gouvernement.

(Le texte de John Locke est un peu particulier: il s'agit d'un extrait d'un texte beaucoup plus long. Il ne comporte pas vraiment d'introduction ni de conclusion. Résumer ce texte consiste donc à identifier les idées principales et secondaires et à saisir leur enchaînement.)

Résumé
Selon John Locke, on entre en société pour protéger notre propriété. L'on élit à cet effet un pouvoir législatif qui instaure des règles garantissant que chaque membre de la société ne détiendra qu'un pouvoir limité. Si les législateurs abusent de leur pouvoir et détruisent les biens du peuple, ce dernier est en droit de les démettre de leurs fonctions. La même chose s'applique au pouvoir exécutif. Le peuple sera patient, mais si les abus se multiplient, il en prendra conscience. Il ne faudra pas s'étonner de le voir se soulever et mettre au pouvoir des dirigeants qui respecteront les buts d'un gouvernement.




 

Haut de la page

 
Documentation utile

Sites web

Documents imprimés

  • Dionne, Bernard. Pour réussir. Guide méthodologique pour les études et la recherche en sciences humaines. 4e éd. Montréal: Beauchemin, 2004, 282 p.
  • Létourneau, Jocelyn. Le coffre à outils du chercheur débutant. Guide d’initiation au travail intellectuel. 2e éd. revue et augmentée. Montréal: Boréal, 2006, 260 p.
Haut de la page

Page d'accueil du module

Courriel
Version adaptée par le cégep Édouard-Montpetit
© 2006 Service des bibliothèques de l'UQAM